"Elle vivait seule, dans son jardin, se balançait à l'escarpolette, courait après les papillons, puis tout à coup s'arrêtait à contempler les cétoines s'abattant sur les rosiers. C'étaient ces habitudes, sans doute, qui donnait à sa figure une expression à la fois de hardiesse et de rêverie."

 

photo 5 (2)photo 1 (2)photo 3 (2)photo 4 (2)

photo 3 (5)photo 2 (2)photo 3 (3)

photo 1 (3)photo 1 (4)photo 5

photo 4 (3)photo 4 (1)

 

 

"Elle s'était fait des boucles d'oreilles avec des baies de sorbier; son corset de toile grise laissait à découvert ses épaules, un peu dorées par le soleil; des tâches de confitures maculaient son jupon blanc; - et il y avait comme une grâce de jeune bête sauvage dans toute sa personne, à la fois nerveuse et fluette. La présence d'un inconnu l'étonnait, sans doute, car elle s'était brusquement arrêtée, avec son arrosoir à la main, en dardant sur lui ses prunelles d'un vert-bleu limpide."

DSC_0385DSC_0384DSC_0424DSC_0425DSC_0374DSC_0377

DSC_0366

DSC_0401DSC_0407DSC_0413DSC_0387

DSC_0365

DSC_0362

DSC_0416

DSC_0426

 

Une petite collection comme une impulsion

un rêve à portée de temps

et tout en liberté

un rêve réalisable

habité juste par une histoire

comme un conte à partager

où les mots laissent la place aux étoffes

dont j'imagine habiller

des petites filles

des petites fées

en toute simplicité.

De temps à autre, selon mes rêves, mon temps et ma liberté,

je proposerai de ces petites mini collections capsules.

***

Trois ambassadrices des Valseurs, à la grâce fondante, vous présentent la toute première collection : vous avez fait connaissance ici avec Zélie (célèbre déjà, puisque c'est la petite fée irrésistible de Lili of the Valley !)

photo 3 (4)

et avec Clémentine, petite perle affolante (dont j'ai la chance d'être la tantine).

DSC_0429

Sa soeur jumelle, Mila, a aussi oeuvré pour cette petite collection puisqu'elle a fait les frais des essayages du prototype et ce n'est pas rien (pour la remercier et parce que je ne résiste pas, voici une petite photo mystère de la princesse en question ... avec le prototype sur les gambettes et une cape Ah non pas elle sur les épaules parce que ce jour-là, il faisait très frais !)

DSCF0540 (2)

***

La culotte large La Gamine est cousue dans une Toile de Jouy aux nuances de verts

- sauge, sapin, mélèze -

avec des petites poches appliquées pour fourrer les menottes

de forme géométrique pour un air résolument tendance

dont le revers est maintenu par un petit bouton,

 bouton de bottine - cassis, bonbon ou groseille -

ou bouton fleuri vieil or.

Pour marquer la taille, deux ceintures de largeurs différentes, maintenues au dos par un joli bouton qui étonne : l'une en drap de coton ancien teint

- entre rose thé et rose dragée -

photo 2 (4)

 la seconde en taffetas

- entre charbon et ébène -

à plumetis

- entre lin et sépia-

CSC_0405

 

En leur milieu, chaque ceinture est brodée d'une boutonnière qui permet, selon l'envie, d'en changer, de les superposer, ou de ne pas en mettre du tout !

La Gamine est une culotte bien large et bien longue, à taille élastiquée, que l'enfant pourra porter au moins deux années de suite, avec ou sans revers, coulant sur la chaussure ou retroussé au dessus de la cheville, avec une blouse et des bottines de toile à la mi saison, un gilet loose et des bottines de cuir en hiver, un marcel et des sandales en été, bref le "chant" des possibles est infini !

***

La culotte La Gamine existe en 5 tailles, à raison d'un exemplaire unique par taille :

18 mois, 24 mois, 3 ans, 4 ans, et 6 ans.

 

Zélie, âgée de 5 ans, porte ici La Gamine en taille 6 ans

photo 2 (1)

Clémentine, âgée de 18 mois, porte ici La Gamine en taille 18 mois.

DSC_0363

 

La culotte La Gamine est livrée dans un mini tote bag (car lesPETITES FILLESaussi ont impérativement besoin de leur tote bag !)

Elle est au prix de 55 euros, frais d'envoi compris.

Sur le prochain billet, que je publierai dans la journée, je vous présenterai les photos de La Gamine, non portée, par âge, afin que vous visualisiez bien les détails de chacune : si vous êtes intéressés et que vous souhaitez commander La Gamine, il faudra alors me laisser un commentaire sous le prochain billet en question, (et non sous celui-ci ).

***

Enfin, enfin, enfin, et surtout, je veux remercier du fond de mon coeur, les deux artistes, aussi humbles que talentueuses, qui ont photographié les petits mannequins et qui m'ont chacune mises les larmes aux yeux.

MERCIà toi, Magali, pour ton enthousiasme, ta gentillesse, ta simplicité, ton regard !

Merci à toi, Romane, pour ta douceur, ta discrétion, ton sourire, ta tendresse, ton oeil !

Et merci au papa et à la maman de Clémentine et Mila, qui indéfectiblement m'ont soutenue et me soutiennent : en tout point, vous m'êtes tous deux si précieux ...

 

Les extraits qui accompagnent les photos sont issus de L'éducation sentimentale, de Gustave Flaubert, chapitre IV et V.